Passer le contenu Passer la navigation

 Que faire si bébé refuse de manger ? 

Bébé refuse de manger : que faire ?

 La diversification alimentaire est une étape importante du développement d’un bébé. Pourtant, ce n’est pas toujours un long fleuve tranquille : il arrive, au-delà des allergies alimentaires, qu’un bébé refuse de manger autre chose que du lait. Que faire ? 

Pourquoi un bébé refuse-t-il de manger ?

Les bébés sont – bien souvent – des gourmands par nature. Ils sont aussi très curieux. Autant dire qu’avec ces deux caractéristiques, le moment de la diversification alimentaire devrait être pour eux un vrai bonheur. Pourtant, rien n’y fait, votre bambin n’en fait qu’à sa tête : il se retourne lorsque vous approchez la cuillère, recrache ce qu’il a dans la bouche, et regarde obstinément dans la direction du placard où vous rangez les biberons et le lait en poudre. Vous devez dans un premier temps essayer de comprendre pourquoi bébé refuse de manger. Il peut s’agir, par exemple, d’un état fébrile passager causé par une fièvre et/ou un rhume, ou d’une poussée dentaire. Il arrive également qu’aucun élément ne semble expliquer ce refus. 

 

Les bons réflexes à adopter quand bébé ne veut pas manger

Le premier réflexe à avoir si bébé ne veut pas manger, sans cause sous-jacente évidente est de rester calme, même si c’est parfois plus facile à dire qu’à faire lorsque l’on voit sa purée préparée avec amour voler à travers la pièce. En effet, si votre bébé perçoit le moindre signe d’énervement, il risque de faire un véritable blocage, qu’il sera plus difficile à lever par la suite. Montrez l’exemple, goûtez à sa purée et « surjouez » le plaisir de l’avoir en bouche : les enfants sont de véritables éponges, si vous grimacez à chaque fois que vous goûtez pour vérifier la température, vous donnez tout sauf envie de manger derrière.

Par ailleurs, ne forcez jamais votre bébé à manger un plat qu’il n’aime pas, même si vous avez l’impression qu’il n’aime rien. L’apprentissage d’une alimentation diversifiée se fait par petites touches et contacts courts avec la nourriture. Bébé refuse de manger des carottes ? Gardez le sourire et le moral, et tentez de nouveau votre chance deux jours plus tard.

Enfin, donnez-lui envie de passer à table en privilégiant les plats colorés. Les bébés sont très sensibles aux couleurs, ne l’oubliez pas au moment de choisir entre le vert d’une purée d’épinards et le triste gris des lentilles…

 

Une alternative : le « baby led weaning »

Votre bébé ne veut toujours pas manger ? Peut-être souhaite-t-il prendre l’initiative quant à son alimentation. Ce concept, c’est le « baby led weaning ». L’idée ? Laisser le bébé prendre en main les aliments et les porter à sa bouche. Introduire petit à petit les morceaux (gros et bien cuits). Ne plus se limiter aux seules purées et l’aider à découvrir la mastication. Ainsi, il est responsable de sa diversification, il teste, s’amuse avec la nourriture.

Bien sûr, avec cette méthode, il faut accepter d’avoir un peu de nettoyage à faire autour de la chaise haute… voire sur les murs ! Deux impératifs toutefois pour éviter que votre bébé ne s’étouffe : restez présent à côté de lui pendant tout le repas, et évitez les petits morceaux ronds qu’il aurait tendance à avoir envie de « gober ». Les aliments doivent être bien cuits et mous.

Pour bien manger, bébé doit être bien installé. Choisissez la chaise haute la plus adaptée et la plus confortable pour votre bout de chou. 

 

Rythmez la vie autour du repas

Les bébés ont besoin d’une vie cadrée. Si votre bébé refuse de manger, c’est peut-être aussi parce qu’il manque de repères. Essayez, dès lors, de mettre en place un petit rituel autour du repas. Vous pouvez, par exemple, tester l’enchaînement suivant :

  • Jeux avec lui ;
  • Bain, pour le détendre ;
  • Repas ;
  • Câlin sur le canapé pour commencer la digestion.

Attention, ne couchez pas tout de suite votre bébé après le repas, sauf fatigue extrême et manifeste. Sinon, il associera bien vite le déjeuner ou le dîner avec le fait d’être séparé de ses parents, pour la nuit ou pour la sieste. Ce qui ne l’incitera pas à manger s’il est dans sa période « angoisses de séparation » - à partir de 8 ou 9 mois, soit lorsque la diversification alimentaire bat son plein.

 

Un dernier conseil

Les bébés ne font pas de caprice : ils n’en ont pas encore les capacités cognitives – même si ça viendra bien vite. Respectez toujours l’appétit de votre tout-petit afin de l’aider à construire une relation harmonieuse avec la nourriture. Faites des repas des moments de convivialité en famille, d’échanges, et laissez, au passage, les téléphones loin de la table.

Aubert, spécialiste de la puériculture, vous accompagne dans votre vie de parents. De la naissance à la petite enfance, découvrez tous nos produits en ligne.